Madagascar, la belle ile rouge , la merveilleuse, l'envoutante !!

• 12/06/2007 - 03 - La route nationale 7 de Tananarive à Saint augustin

    

Nous passons par Tananarive et sa circulation  intense et bruyante avec des voitures d'un autre âge et en profitons pour visiter la ville haute: les bâtiments qui sont magnifiques, le palais de la reine qui a été incendié il y a de nombreuses années et qui commence à être rénové ( antérieurement on avait " perdu" les subventions prévues à cet effet )  , le palais du nord qui renferme les richesses du palais de la reine  sauvées de l'incendie ; du haut nous admirons de superbes vues sur la ville basse, les jacarandas bleus  fleuris au mois de novembre

                                                    Vue de Tananarive

 

 

                       

          Le palais présidentiel                                                                   Un bâtiment dans la ville haute

 

Puis nous empruntons le nationale 7 qui est certainement l'axe routier le plus fréquenté par les touristes; elle déroule son long ruban de rizières de tananarive à la barrière corallienne de Tuléar, sur le tropique du capricorne, 950 km plus loin . Certains disent que c'est le trajet classique de beaucoup de touristes mais il n'en est pas pour autant banal car on rencontre une variété de paysages , d'ethnies ( Madagascar en possède 18) , de couleurs , qui font que cet axe est admirable et donne un bon aperçu de Madagascar en parcourant cette route goudronnée du début à la fin ;

de plus parfois il faut quitter le goudron pour aller voir des petits villages, cotoyer les habitants, échanger avec eux et essayer de comprendre leurs modes de vie et surtout les traditions millénaires

                                                Maisons avant Antsirabe

  

Antsirabe située à 170 km de Tana jouit d'un climat vivifiant ; c'est une ancienne station thermale qui a gardé son cachet suranné de l'époque où on l'appelait   «  la vichy malgache »


Cette ville est célèbre pour ses pousse pousse qui rappellent les origines asiatiques de Madagascar ; ils sont des milliers à sillonner les rues de la ville, tous plus joliment décorés les uns que les autres.J'avoue que nous avons eu du mal pour nous faire transporter mais comme ils se précipitaient vers nous en implorant une course nous avons pris 3 pousse pousse ( à trois)  pour aller au restaurant un peu plus loin de l'hôtel; que ce travail est pénible pied nu sur le bitume brûlant ou sous la pluie ou le froid !!!
et ceci sans relache du matin tot, au soir tard, enfin chaque fois qu'un client se présente .

                             

   

Le lendemain matin le pousse pousse que j'avais eu le soir était là et je l'ai pris pour pouvoir lui donner 2000 ariary mais je n'ai parcouru qu'une cinquantaine de mètres et je crois qu'il n'a pas trop compris ; j'ai vu certains pousse pousse avec 3 personnes et des bagages !!!!  . La plupart des touristes que nous avons vus étaient en couple dans le pousse pousse .........

A  Antsirabe nous avons visité divers ateliers : fabrication de bonbons, de pousse pousse et vélos miniatures,broderies, cornes de zébus , pierres chez le lapidaire Joseph et nous sommes allés au marché  très coloré et riche en odeurs et couleurs : un bon bain de foule  et une emplette très utile dans ce pays où le soleil  brille fort : un beau chapeau assorti à ma jupe .

   Puis nous poursuivons  notre route vers Ambositra, la capitale de la marqueterie .

Nous sommes allés jusqu'à Antroétra visiter le village mais là un comité d'acceuil important nous attend et ne nous lachera pas durant toute la visite; nous sommes invités à aller voir le chef du village ( mais il faut payer encore) et de la façon dont tout est présenté c'est assez désagréable ; mais pour y aller le paysage est très beau et nous avons rencontré beaucoup de personnes qui plantaient le riz , des zébus , des fours à briques , etc .

 

                                   

        entre Ambositra et Antoetra : zébus                                                               Four à briques

                                                 En novembre les terres sont vraiment rouges

Nous continuons la magnifique route nationale 7 qui déroule ses palettes extraordinaires de couleurs pour arriver à Fianarantsoa , «  la ville où s'apprend le bien » , la ville de notre guide Aurélien et de sa famille . Est ce parce qu'il vit dans cette ville savante qu'il connaît tant de choses et a appris le bien ??? Peut être mais l'éducation qu'il a reçu de son admirable mère en est encore plus responsable.

A 415 km de Tana, Fiana est la porte du sud, la capitale royale des betsilos; c'est une très jolie ville très verte,aérée et agréable à vivre  ; dans la ville haute qu'Aurélien nous fait visiter il y a de très beaux bâtiments, des églises ;

là des enfants nous vendent des cartes faites avec du papier Antemoro et bien décorées pour le prix d'un cahier; en effet le gouvernement offre à chaque enfant un cartable importé de Chine mais les cahiers et crayons ne sont pas fournis et ils coûtent très cher ( 3000 ariary le cahier) ; certains instituteurs nous ont dit que les élèves du matin ( il y a un roulement car trop d'élèves !!) écrivent au crayon sur le cahier, effacent à midi afin que les élèves de l'après midi utilisent le même cahier .

Ces enfants sont donc éduqués pour vendre au touriste mais ne pas mendier .

                                   Vue de Fiana depuis le bel hôtel Tsara guest house

                                                                

       Une maison dans la ville haute                                                                          une église de fian

Nous logerons au bel hôtel Tsara guest house où nous dînerons en compagnie d'Aurélien et de notre amie Anita ; la cuisine est originale et délicieuse : le magret de canard au chocolat est à tester !!!!!

 A fiana, il ne faut pas rater le train qui nous amène à Manakara; ça n'est pas le TGV mais le TPV ou TGL , train à petite vitesse ou à grande lenteur mais à grandes émotions et à grand spectacle sur ses 170 km, avec 19 arrêts.10 heures de trajet passent vite tellement il y a à voir,sentir, ressentir,entendre,comprendre,goûter,rencontrer,avoirdes émotions parfois douloureuses en voyant tant de détresse et de dénuement.


La voie emprunte un dénivelé abrupt jusqu'à la cote est à travers des paysages extraordinaires: rizières, plantation de thé, espaces forestiers avec ravenalas, chutes impressionnantes et magnifiques villages .  Au cous de notre périple la locomotive s'est détachée trois fois et il a fallu attendre la réparation mais c'est le pays du mora mora et personne ne s'impatientait .

 

 

 

                                      

 

 

                             

 Pendant ces 10 heures nous n'avons pas vu le temps passer et nous avons fait de belles rencontres , à presque chaque arret ,mais trop éphémères ;

il ne faut surtout pas amener le pique nique car on peut acheter des fruits, brochettes, écrevisses, beignets, sambos ou autre à chaque arrêt . Tout le monde achète et partage : dans notre compartiment un monsieur et sa vieille maman nous ont offert des beignets , une autre dame des fruits et nous avons beaucoup parlé des élections qui approchaient , d'eux et de tout et de rien mais quelle spontanéité , quelle simplicité  !!!!

Nous avons aussi assisté à quelque chose qui nous a surpris et choqués : des touristes ( 4 ou 5 couples) avaient amené des peluches à distribuer ; ils en jetaient 3 ou 4 à presque chaque arrét , au moment où le train repartait ; les enfants qui les récupéraient les regardaient attentivement ne sachant certainement pas ce que c'était ; les 50 autres enfants  avaient certainement l'air déçus mais n'essayaient pas d'en prendre à leurs " copains" plus chanceux .

D'autres jetaient des bonbons, comme du mais à des poules et encore , à la campagne, j'ai vu mes parents parler aux poules en lançant le grain !!

Ceci me fait penser qu'on devrait écrire une chartre du touriste responsable car on veut certainement faire plaisir aux habitants du pays, se déculpabiliser de nos richesses, mais on ne sait pas quels sont les bons gestes, les bonnes attitudes pour aider sans géner .

Si dans vos commentaires vous disiez ce que vous en pensez ça serait bien car ce sont les questions que nous pouvons nous poser dans chaque pays économiquement pauvre .

 

                                           Une vue depuis le train , avant Manakara

Pour suivre le parcours du train de manière plus vivante une petite vidéo

 http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_1347.php

A Manakara les pousse pousse attendent les passagers et c'est la « foire d'empoigne » , limite agression , tellement les gens ont besoin de quelques ariary; ils se battent presque pour remporter la course et nous choisissons deux chauffeurs plus timides qui ne demandaient rien mais ils se font presque taper .

Mais nous arrivons finalement au Parthenay club, au bord de l'océan indien où nous rencontrons RIRI , un excellent guide piroguier qui demain nous conduira sur le canal des Pangalanes où nous  visiterons des villages ; là encore nous serons bien accueillis et passerons une excellente journée paisible et pleine de belles rencontres , avec beaucoup d'enfants jouant, chantant, dansant et dessinant sur la plage tranquille où nous étions seuls. L'un d'entre eux se disait architecte et faisait des plans de maison sur le sable , un autre des arbres ; j'ai distribué quelques stylos et déchiré des feuilles du cahier d'écolier que j'avais amené pour prendre quelques notes et ça a été la joie ; quand nous sommes repartis, certains enfants sont arrivés à la pirogue et voulaient me remettre les stylos ...................c'est inoui  !!!!

                       

Un puits dans un village sur le                                                        Bungalow au Parthenay

      canal des pangalanes

 

 

Aurélien nous a rejoint en voiture à Manakara et nous partons vers Mananjary qui est aussi au bord de l'océan indien; là nous sommes à l'hôtel " jardin de la mer", près de l'embouchure du fleuve et le spectacle est magnifique dès le matin , 6 heures : le  fleuve sert de douche, lave linge, lave vaisselle, les femmes nettoient les poissons , les hommes rentrent ou partent à la pèche sur leurs petites pirogues

A cet endroit, j'ai lavé mes chaussures avec un peu de savon et mes mains : une jeune femme est venue me préter sa brosse et ça a été plus facile ; je suis revenue au bungalow et ai pris des savonnettes, de la lessive ( j'en amène toujours une petite bouteille) , du shampoing et ça a été la joie  pour la plupart qui ne savaient pas ce que c'était et s'en mettaient dans les yeux ; là j'ai compris une erreur supplémentaire de ma part : on explique avant de donner et non après .....

Mais nous avons tant de choses à apprendre quand nous sommes dans un pays avec autant de décalage , mème pour la fille de la campagne et d'un milieu pas très aisé que je suis

Puis Aurélien nous fait une surprise : il nous amène chez le Roi qui nous ouvre sa maison en même temps que son coeur et nous raconte par l'intermédiaire de notre guide interprète son histoire: c'est dans sa maison qu'est décidée la date de la  sambattra (circoncision collective ) qui  a lieu tous les 7 ans ; la prochaine sera en octobre 2007 et il nous invite à cette cérémonie . Il nous confie que sa musique préférée est l'accordéon et qu'un jour il a entendu Yvette Horner ; nous allons essayer de nous procurer une cassette  .

 

                                               

     à l'embouchure du fleuve                                                                  la maison du Roi de mananjary

 

Puis le soir  nous sommes invités chez des parents d'aurélien pour  déguster un excellent plat de patates douces à la noix de coco: un vrai régal ; merci Tatie et Tonton  pour ce charmant accueil.

A Mananjary ( et dans la région) les jumeaux sont fady et sont abandonnés à la naissance; un orphelinat  géré par l'association française " les amis du CATJA"les accueille et nous l'avons visité. Nous avons rencontré du personnel aimant les enfants, des enfants propres, jouant, dessinant, et la fierté du directeur était une jeune fille qui venait d'être reçue au bac . Nous avons passé  quelques heures agréables dans cet endroit bien que l'émotion était grande compte tenu du contexte .

 voici le site de cette association   ; on peut parrainer un enfant ou envoyer un don                                             

                                             http://www.amisducatja.org/crbst_0.html     

   

une vidéo sur Mananjary

     http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_1348.php    

130 km séparent Mananjary de Ranomafana par une route qui serpente entre collines couvertes de ravenalas et de grandes bambouseraies; les paysages sont magnifiques avec de nombreux petits villages

A Ranomafana cascades et torrents rappellent que nous sommes dans une région de rainforest; en effet il pleut toute l'année.

A l'origine Ranomafana était réputée pour ses eaux chaudes mais maintenant c'est le parc national qui attire les visiteurs.

 Nous reprenons la route vers la RN 7 en repassant par Fianarantsoa puis nous nous dirigeons vers Ambalavao, située à 60 km de Fiana

On découvre une plaine en forme de cuvette inondée de soleil

 

Ambalavao est la capitale du papier Antemoro dont les connaisseurs disent qu'il est plus beau que le papier japonnais

 

 

                                                      L'église d'Ambalavao

          

                            Le papier Antemoro : les fleurs sont mises sur la pâte encore

                                   mouillée et le tout est mis verticalement à sécher

 

A Ambalavao nous visitons la réserve ANJHA que je conseille vivement : les paysages sont magnifiques, la réserve est petite et se visite donc rapidement en 2 heures à peine , si on s'arrête souvent pour admirer les lémuriens qui vivent là en abondance ; de plus nous étions les seuls touristes et avions deux gentils guides pour nous deux ;

Les prix d'entrée et de guidage sont bien moindres que dans l'isalo

Regardez les lémuriens de cette réserve comme si vous y étiez

http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_1349.php

Dans cette belle ville je suis allée chez une coiffeuse qui est allée chercher un seau d'eau ( froide) en face et m'a lavée la tète, fait un brushing pendant au moins une demie heure ; au moment de payer, elle m'a réclamée 3000 ariary ( 1,20 euro environ) et je lui ai laissé         10 000 ariary . Elle m'a embrassée quand je lui ai dit de ne pas chercher de monnaie .

La route continue vers l'Isalo où on peut admirer des paysages fantastiques  avec des formes extraordinaires et notamment la figure emblématique du parc, la reine de l'isalo , majestueuse au bord de la nationale 7 ;Puis le soleil se couche sur la fenêtre de  l'isalo  mais nous n'y sommes pas seuls; tous les touristes motorisés sont là . Nous y étions bien, nous !!!!

                                                       Le roi des guides et la reine de l'Isalo   

                                                                   

                                         

                              

                               

                                       le soleil se couche sur la fenêtre

 

Dans le parc plusieurs parcours   sont prévus et celui qui nous a le plus comblé est la  piste qui conduit à la piscine naturelle où il fait bon se baigner après une marche sous un soleil de plomb .Nous avons aussi pris le canyon des makis et le circuit qui mène à la piscine bleue, noire et à la cascade des nymphes


Le massif abrite des oasis,piscines, avec une végétation de roseaux,bambous,fougères et on peut y rencontrer les lémuriens  et voir des tombeaux provisoires et d'autres définitifs : après quelques années le défunt est sorti du tombeau provisoire, ses os sont nettoyés , une grande fête a lieu et il est placé dans un linceul ( en soie ou belle étoffe  si possible ) avant d'ètre enseveli dans un orifice de la montagne , à l'abri de tout danger .

                                              

 

                                Magestueux paysages de western de l'isalo

 Vidéo sur l'isalo

http://www.vacanceo.com/videos/voir-vid_1357.php

La route vers le sud continue dans un paysage désertique et nous apercevons Ilakaka , ville champignon bâtie de bric et de broc depuis la découverte en 1998 d'un des plus gros gisements de saphirs du monde : 100 000 habitants y rêvent de devenir riches mais malheureusement ça ne sera qu'un rêve pour eux car ceux qui s'enrichissent sont venus d'ailleurs: afrique du sud, skri lanka, pakistan, etc , et roulent avec de gros 4*4 blindés

Après des paysages désertiques et monotones nous apercevons enfin nos premiers baobabs

 


et des tombeaux énormes entourés de murs décorés qui racontent la vie du   défunt ou ce qu'il aimait .

                              

 

Sur ce trajet nous nous arrétons plusieurs fois dans des villages

:: Envoyer cet article

Qui suis-je ?

Voyage d'un mois à Madagascar en novembre 2006: la RN 2 jusqu'à Manambatto, le palmarium,la RN 7 , Anakao et Ifaty

«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis

Agence Kintana Aventure
mes photos et vidéos
Presse: l'express de madagascar
Presse : midi madagascar
Presse : MADAPLUS
Madascope
Paludisme : institut pasteur
Consulat de Madagascar
Office du tourisme de Madagascar
Willgoto:Tout savoir sur Mada
The best of Madagascar
Informations diverses Wikipedia
Les curiosités de Madagascar
Mieux connaitre Madagascar
Mieux connaitre Madagascar
Mieux connaitre Madagascar
Mieux connaitre Madagascar
Histoire de Madagascar
Culture, faune, flore
Les baleines de Madagascar
Parcs nationaux et réserves
Lémuriens
Guide pour écotouriste
Climat et météo
Météo de Madagascar
Le train de fiana à manakara
Association fanevanoo
Le Père PEDRO à Madagascar
Les enfants du Soleil Madagascar
Les voyages de Langevine
Magnifiques photos de Madagascar
FORUM Voyages et partages
Mon blog 2007 sur Madagascar
Voyager au Pérou avec Pérou découverte
Trivago, un site de voyages
Hotels Madagascar
T.O pour safari en Tanzanie
Association Amitié France Madagascar
Agence locale Kintana Aventure

Rubriques

:

Mes amis

langevine974
jambodany
yvesamada
ericrando
daniel
lan
saintemarie


Article 4 sur 6
Page précédente | Page suivante